Demander c’est recevoir Un florilège de cadeaux

 

Pour cette soirée Réseau, nous avons été accueillies avec beaucoup de générosité chez l’artiste Anda Stelian, artiste céramiste. Nous avons été impressionnées par le nombre et la diversité de ses œuvres. Puis Anda –  découvrir les coulisses du Je    – nous a présenté son parcours particulier d’architecte à artiste. Merci Anda pour ce cadeau que nous partageons avec vous, allez sur son site pour mieux la connaître 

Photo Anda Natmatiss

Ainsi chacune a pu expérimenter le plaisir de recevoir.

C’est alors que j’ai eu l’idée de rebondir sur : « si nous voulons recevoir, ne faut-il pas savoir demander ? –  lire « Why Asking for Help Makes You a Stronger Leader *»

Qui n’a pas constaté sa propre exigence par rapport à lui-même ?

En réalité, c’est que nous avons enregistré les exigences de nos figures parentales, par exemple :

  • Si nous ne sommes pas forts, indépendants, pleins de confiance… nous sommes faibles, dépendants, insécures. Ainsi de crainte de nous dévoiler, nous ne demandons pas d’aide.

Anda Stelian

Les raisons sont diverses, comme :

  • ennuyer les autres
  • être le ou la seul-e à pouvoir le faire
  • faire à sa façon
  • peur de perdre le contrôle de la situation
  • craindre de faire du sauvetage

Alors :

  • Je ne dis rien
  • Je fais tout toute seule
  • Quelque fois je me « noie »
  • Voir même je fais des choses impossibles à faire
  • ….

Donc je m’acharne à faire seule et c’est épuisant.

Savoir demander est l’une des compétences la moins développée dans l’entreprise et dans notre vie.

Un proverbe africain très ancien nous dit,  « Pour élever un enfant il faut un village tout entier ». En quoi cet Adage, très connu, vient-il nous éclairer ?  N’en est-il pas de même dans le monde des entreprises ?   Reconnaissons la richesse du travail et de la créativité en équipe, de la synergie de groupe. Que de brillants projets ont vu le jour grâce à l’intelligence collective et que de temps gagné !

Ce qu’ont en commun quelques uns de grands leaders de notre temps comme Lincoln, Roosevelt, Mandela,  c’est qu’ils sont proches des autres, n’hésitent pas à partager leurs faiblesses tout en admettant qu’ils n’ont pas toutes les réponses.

C’est tout le positif de demander. Quand vous demandez de l’aide, vous reconnaissez chez les autres leurs compétences et leurs talents… Vous les mettez en valeur en les sollicitant et de ce fait vous apprenez beaucoup d’eux en créant la réciprocité.

Vous permettez aux autres de découvrir le plaisir de donner. C’est une marque de confiance en l’autre que de lui montrer que personne n’est parfait et que chacun a la possibilité de grandir.

Il y a un grand bénéfice à être vulnérable et humain. Qu’il est bon de partager avec les autres ! C’est ce que nous avons expérimenté.

C’est ainsi qu’au cours de cette soirée,  nous nous sommes exercées à demander et avons partagé la joie de recevoir non sans avoir montré de l’ inquiétude au départ car les participantes n’avaient rien apporté… croyaient-elles !

Rien dans les mains mais beaucoup dans le cœur et la tête.  Ce soir là, nous nous sommes toutes exercées à l’art d’exprimer un besoin et la magie s’est opérée :

  • C’est simple
  • La satisfaction de pouvoir donner, aider
  • Le bonheur de recevoir

En plus une belle énergie s’est dégagée de cette échange : l’accueil d’Anda a suscité un florilège de cadeaux !!!

Et vous avez-vous fait cette expérience ?