Parentalité: acquérir des compétences relationnelles utiles aussi dans le travail!

J’ai animé la semaine dernière un atelier débat en Haute-Savoie sur le thème “l’art de faire des critiques constructives”.
Une cinquantaine de parents sont venus échanger sur leur difficulté et leur réussite et surtout apprendre à faire des critiques justifiées à leurs enfants. Pourquoi? Parce que dans le quotidien, il est important d’apprendre:

  • à dire les choses sans agressivité si on veut éviter que chaque miette sur le canapé soit l’occasion d’un conflit (“y’en a marre! mais tu penses à quoi! tu as quel âge? même ta sœur qui a 6 ans mange mieux que toi! t’es vraiment un cochon”)
  • à dire les choses tout court, si on veut éviter d’aspirer les chocopops renversés dans le canapé en ruminant et en se lamentant sur ces gosses ingrats (tout bas “oui, mais je suis crevée après une journée de boulot et vous ne pouvez même pas faire attention”). Et si on veut éviter d’être perpétuellement dans la rancœur (“après tout ce que j’ai fait pour vous…”).
  • à dire les choses directement pour que le message passe 5 sur 5 et éviter le “t’as pas honte? j’ai des invités qui viennent ce soir et je ne peux même pas compter sur toi! le canapé est plein de miettes.”

C’est tellement plus facile dire: “je constate qu’il y a des chocopops dans le canapé et par terre. j’en ai plein mes chaussettes. Je ne suis pas contente parce que je rentre du travail et que les invités arrivent bientôt. Je te demande de passer immédiatement l’aspirateur!”
En général, cette technique (classique) pour faire les remarques marche très bien car elle ne juge pas la personne et lui indique ce que l’on attend d’elle clairement (ce qui augmente les chances qu’elle le fasse, parce que comme le disait une maman “les enfants ne font pas de télépathie”). C’est donc une méthode qui permet d’améliorer grandement le climat familial. De plus, elle permet aux enfants aussi d’apprendre à faire des critiques justifiées de façon socialement acceptables.
Donc on fait une pierre deux coups.
Encore mieux, quand on sait faire ce genre de critiques, on peut aussi le faire au travail pour en finir avec :

  • oh, ben tant pis, c’est pas grave. J’irai encore acheter le café.
  • Y’en a marre! la prochaine fois, je lui fais bouffer son café!
  • crier à la ronde “c’est à qui d’acheter le café?” en regardant fixement la personne…

Vous avez déjà fait ce genre d’expérience? vous avez des anecdotes, des commentaires ou des questions? A vos claviers!