JK Rowlings

J’ai vu une excellente émission de télévision sur Arte, il y a quelques jours.
Il s’agissait d’un documentaire de 2005 sur JK Rowling, l’auteure de la série des Harry Potter.
Elle y raconte dans quelles conditions elle a écrit « Harry Potter à l’école des sorciers». Elle vivait d’allocations avec sa fille en bas âge, Jessica dans un appartement plutôt lugubre et sale et écrivait pendant tout son temps libre.
Elle raconte que les gens lui demandent souvent : « comment avez-vous pu écrire un livre et élever un enfant en même temps?» et voici sa réponse : « je n’ai pas fait le ménage pendant quatre ans ! Je ne suis pas une superwoman. »
Si je vous rapporte ici ses mots, c’est parce qu’elle donne une précieuse permission à toutes les mères et pères de famille: oui, c’est bon pour nous de faire des priorités dans la vie et de laisser tomber certaines autres choses moins importantes . C’est OK de ne pas être une superwoman ou un Superman.
La publicité, avec ses représentations caricaturales de la bonne mère (qui protège son enfant des maladies, lave son linge plus blanc que blanc, transforme chaque repas en fête tout en étant investie dans son travail) et du bon père (qui gagne suffisamment d’argent pour acheter la bonne voiture) et la société, qui est prompte à charger les parents de tous les maux dès que quelque chose ne va pas avec leurs enfants, mettent une pression énorme sur les parents en exigeant la perfection.
Alors, enfonçons une porte ouverte : la perfection n’est pas de ce monde et il est épuisant de la rechercher. Alors, si vous n’avez pas dépoussiéré l’arrière de votre frigo depuis… trois ans, si vous ne raccommodez pas les chaussettes, si vous n’arrivez pas à faire manger aux enfants cinq fruits et légumes par jour ou si vous vous vous y prenez toujours au dernier moment pour organiser les anniversaires, cessez de culpabiliser. On ne peut pas tout faire, c’est une femme, devenue l’une des plus riches du monde grâce à son travail, qui vous le dit!