Compte-rendu de la conférence du Vésinet

Pas assez, suffisamment, abondance et trop: quelles sont vos définitions?

Entre trop et pas assez:
Il y a « suffisamment »
Tout est affaire d’équilibre

  • Si je sais ce qui est suffisant, je suis capable d’apprécier l’abondance.
  • Si je ne sais pas ce qui est suffisant, je n’en ai jamais assez.

L’outrecomplaisance

  • C’est donner trop de ce qui est bon, trop tôt pour satisfaire le besoin des parents et non ceux de l’enfant.
  • Donner des choses ou des expériences qui ne sont pas appropriées à l’age, l’intérêt ou le talent de l’enfant.

3 types d’outrecomplaisance:

  • Trop de biens matériels
  • Être trop nourricier
  • Pas assez de structure

Ce n’est pas une spécificité des familles fortunées. On trouve des parents outrecomplaisants dans tous les milieux sociaux.

Trop de biens matériels: si j’ai, je suis.

  • Trop de jouets, de vêtements, d’activités…
  • L’enfant n’apprend pas ce que veut dire « assez ».
  • L’enfant n’apprend pas à prendre soin ses affaires et celles des autres.
  • Il se croit et se comporte comme s’il était le centre du monde.
  • L’enfant ne fait pas la différence entre besoin et désir

Parent trop nourricier: le monde existe pour moi.

  • Le parent fait les choses à la place de l’enfant
  • Il donne trop d’attention et temps à l’enfant
  • Trop de privilèges
  • Trop de loisirs et de distraction

Conséquences:

  • L’enfant ne supporte pas la frustration
  • Il devient incompétent
  • Il pense que tout lui est dû

Pas assez de structure: les lois ne me concernent pas

  • Pas d’obligations à la maison (corvées)
  • Pas de règles
  • Fais comme tu veux

Conséquences:

  • L’enfant n’est pas un membre contributeur de la famille (il n’est qu’un consommateur de services familiaux).
  • Il ne vit pas les conséquences de ses actes

Pourquoi tombons-nous dans ce piège?

  • L’outrecomplaisance part d’un bon sentiment
  • (se) faire plaisir
  • Pour lutter contre la culpabilité de travailler
  • Pour lutter contre l’angoisse de mal faire ou d’être jugé
  • Parce qu’on ne supporte pas que son enfant souffre ou soit mal à l’aise
  • Compétition avec l’autre parent
  • Parce qu’on a un enfant qui a des besoins spéciaux (enfant malade, handicapé…)
  • Parce qu’on a été élevé comme ça soi-même
  • Parce qu’on y est aidé par la publicité, les grands parents, le voisinage etc…

dans le prochain article, nous verrons comment reconnaitre l’outrecomplaisance et ses effets sur les enfants